This site uses cookies. Cookies are used to guide the user and web analytics and help to make this site better and more user friendly. See more: Privacy
OK

15.05.2014

Le baromètre des tendances: des pièces détachées sortant de l'imprimante 3D?

Derrière l'impression en 3D se trouve la création assistée par ordinateur de pièces en trois dimensions avec des données 3D. Elle est déjà appliquée dans de nombreux secteurs, par exemple dans l'industrie des machines et de l'automobile (pièces spéciales, pièces détachées), pour la médecine (prothèses dentaires, dentiers, prothèse de hanches, appareils auditifs), et pour la création de bijoux ou de jouets. Dans le monde entier, il y a plus de 70 fabricants d'imprimantes 3D qui génèrent un chiffre d'affaires annuel d'environ deux milliards d'euros rien qu'avec les imprimantes.


Cette technologie n'est pas récente. Ce procédé a été développé dans les années 1980 aux États-Unis sous le terme de « Rapid Prototyping ». Il s'agit d'un procédé de production qui fabrique couche par couche des pièces en trois dimensions à l'aide de données 3D traitées par un ordinateur. Tout comme une imprimante à jet d'encre, le contour programmé est tout d'abord approché sur un niveau puis sur le suivant, etc., jusqu'à ce que la pièce soit terminée.

 

Les matériaux utilisables sont solides ou liquides, la plupart du temps des plastiques, mais également des résines synthétiques, de la céramique, différents métaux et même du titane.

 

Additive Manufacturing.

Au cours des années, différents procédés spécifiques pour l'impression en 3D se sont développés, tels que le laserintering, le rechargement laser, la stéréolithographie, le Laminated Object Modeling (LOM), etc.. On parle aujourd'hui de ce processus sous le nom de « Additive Manufacturing . Pour certains procédés, des précisions de l'ordre du micromètre voire du nanomètre peuvent déjà être atteintes.

 

Grâce à la grande quantité de procédés et de matériaux, ainsi qu'à la réduction du prix de la technologie, de nouvelles possibilités d'application s'ouvrent à nous. Il est clair que plus un composant ou un sous-groupe a de fonctions et plus sa géométrie est complexe, plus sa fabrication en 3D peut être rentable. C'est le principe inverse de la norme appliquée jusqu'ici de la production à moindre coût avec de grandes quantités : plus le nombre de pièces est réduit, plus la fabrication selon l'Additive Manufacturing est rentable. L'impression 3D présente l'avantage supplémentaire que les moules ou les détails du modèle peuvent aisément varier et que les pièces peuvent être individualisées.